Les runes

Un petit tour vers un outil de divination découvert quand j'étais adolescente en regardant une émission de télévision : "Coucou c'est nous".

Christophe Dechavanne recevait un soir par semaine (le mardi je crois), un voyant qui officiait avec son sac de cailloux et répondait aux questions des télespectateurs. Il était assez bluffant cet homme là, précis dans ses remarques, comme doté de capacités médiumniques. Il s'appelait (et s'appelle toujours) Bruno Liévin.

Je me suis intéressée aux runes de manière personnelle après des vacances à Tarascon, il y a quelques années. Ils ont une très jolie fête médiévale au mois d'août et parmi les marchands costumés qui animaient la soirée, se trouvait une cartomancienne qui vendait des jeux de runes faits maison.

Cela m'a donné l'envie de pousser ma connaissance de l'outil un peu plus loin, et de fabriquer mon propre jeu.

Les runes sont un outil de communication issu de la tradition des peuples scandinaves, qui se sont répandues dans toute l’Europe du Nord.

A priori, il semblerait qu'il s'agisse là d’un support de communication écrit, traduisant des sons échangés entre les hommes. C'était aussi un moyen de nouer un contact avec les Dieux.

Cet outil repose sur un alphabet, traditionnellement appelé FUTHARK, du nom des six premières lettres runiques. Il permet de composer des mots mais chaque lettre a une signification qui lui est propre.

Il connaît plusieurs versions : l’ancien Futhark datant du III°siècle composé de vingt quatre runes et une autre version composée de seize runes datant du IX° siècle.

C’est l’ancien Futhark qui est communément utilisé comme support de divination (je suppose que plus il y a de lettres, plus on peut parler et recevoir de messages !!......)

Il existe différentes appellations de certaines runes. On peut trouver pour le même glyphe, deux noms différents.

Ce qu’il faut retenir, c’est que les vingt-quatre runes de l’ancien Futhark sont décomposées en trois familles, les oettir (un oett, des oettir !!), composées de 8 runes chacune :

-          l’oett de Féhu,

-          l’oett d’Hagalaz,

-          l’oett de Tiwaz.

-          Une dernière rune, la 25 ° est une rune vierge, appelée WYRD qui me fait beaucoup penser à la carte bleue de l’oracle Belline ou à la carte blanche de l’oracle Lumière

 Comment fabriquer ses runes ?

 On appelle parfois les runes des pierres ou pierres runiques. A la base, il s’agit effectivement du support sur lequel elles ont été créées. Mais la pierre n’est pas le seul support envisageable.

Il est conseillé pour se mettre en phase avec Dame Nature de prendre un matériau le plus naturel possible, justement. Alors certes on peut acheter ses cailloux dans tout bon magasin ésotérique mais je trouve qu’il y a quelque chose de presque sensuel à les fabriquer soi-même. On fait corps avec son ouvrage par la suite…

 Le bois est le matériau le plus souvent utilisé.

Deux options :

-          vous prenez une branche vive sur un arbre d’une essence que vous aimez, après lui en avoir mentalement demandé la permission (oui c’est space, sans doute, mais le végétal a une âme aussi … ). Remerciez l’arbre mentalement ou en lui apportant un fertilisant.

 -          Vous achetez un bout de bois dans votre magasin de bricolo préféré, d’un diamètre de 2.5 cms environ

 Vous tranchez ensuite 25 disques de 6 à 12 mm d’épaisseur, que vous polissez ensuite, puis sur lesquels vous gravez au pyrograveur ou au couteau les 24 glyphes runiques, la 25 ° lamelle restant vierge (Wyrd).

 Il faut que ces 25 disques puissent tenir dans vos mains ensemble. Dons si l’envie vous prenait de faire des ronds, gros comme des assiettes à dessert, jouez plutôt au frisbee avec !

 Il est conseillé de rester concentré sur la signification de chaque rune au moment de la créer. Petit dico runique à prévoir à côté le cas échéant !!

 Si vous ne choisissez pas le bois, vous pouvez simplement ramasser des cailloux ou des galets et en faire vos runes. Privilégiez alors des cailloux de forme et de dimension similaires afin de ne pas les distinguer de trop les uns par rapport aux autres au toucher.

Il sera alors recommandé de peindre les glyphes sur leur surface, avec une peinture assez costaud pour ne pas s’écailler. On pourrait être tenté de les vernir mais le chimique et le runique ensemble, je n'y tiens pas trop….question de sensibilité....

Enfin, on trouve aussi des runes en argile ou en os. Mon premier réflexe pour fabriquer les miennes a été le pain d’argile. Je fais un peu de sculpture sur glaise quand ça me prend. Et le contact de la terre est propre à créer des liens avec son support. Il est tout aussi facile de faire 25 petits disques de terre et d’y graver les dessins avant que la glaise ne sèche.

J’ai préféré au final allez ramasser des galets lors de ces fameuses vacances à Tarascon qui avaient fini par me conduire en bord de Méditerranée.

J’ai choisi 25 cailloux de forme proche mais de quatre couleurs différentes : une pour chaque oett et la dernière pour Wyrd.

Chargés d’iode et d’histoire, rien ne m’a paru plus naturel sur l’instant et puis je les ai choisi ces galets un à un…. Je les ai ensuite lavés, brossés et j’ai dessiné les glyphes avec un stylo destiné à écrire sur les CD.

Cela fonctionne très bien. Je vous montre :

 runes-001-1.jpg 

Le sac pour conserver les runes :

Le lieu où l’on conserve ses runes est comme le lieu où l’on conserve ses cartes. Il faut en prendre soin de manière égale.

Pour cela il semble recommandé de les mettre dans un sac de tissu ou de matière naturelle, d’une couleur que vous aimez, qui vous apaise, suffisamment ample pour y passer la main lors du tirage. Pros de la couture, régalez-vous !! Il faut que le sac se ferme par un cordon.

 Le tirage des runes :

 Deux techniques sont envisageables. Le tirage ou le lancer.

 Pour cela préparer un tapis runique : carré de tissu noir ou blanc qui servira d’assise aux pierres tirées ou lancées.

Se mettre dans un endroit tranquille, propice à la concentration.

 Il convient ensuite de prendre le sac de runes entre ses mains, de se concentrer en respirant à fond et de poser ensuite une question.

 Attention à la formulation de la question. Au même titre que les oracles et les tarots, une question mal formulée ne trouvera qu’une mauvaise réponse.

Une fois la question en tête, le moment venu, tirez ou lancez vos runes.

Comment procéder ?

 Pour le tirage, passez la main dans le sac et tirez des runes une à une en respectant les modalités du tirage choisi, puis les placer sur le tapis runique, pour en faire la lecture.

Pour lancer les runes, c’est différent. Il s’agit en fait de vider doucement le sac de runes sur le tapis et de ne lire que celles dont la face gravée est retournée.

 Au choix, il peut aussi être procédé à une lecture des runes qui chauffent votre paume quand vous la passez au-dessus. Ce n’est pas donné à tous. Mieux vaut sans doute les tirer ou les lancer. C’est moins sujet à caution….

 Voilà les grandes lignes pour commencer....